Image du test Êtes-vous fort/e en conjugaison ?

Êtes-vous fort/e en conjugaison ?

Pas toujours évident de conjuguer un verbe dans une langue aussi subtile que le français ! Êtes-vous doué/e en conjugaison ? Plutôt bon/ne, ou carrément mauvais/e ? « Comme si que j’étais mauvais/e ! Allez, faut qu’on voye ! »

Rédigé par R. Massé dans Culture

4,3
517 avis

7 questions

  • Quelle est la bonne façon de conjuguer cette phrase ?
    • Si j’aurais su, j’aurais pas venu.
    • Si j’avais su, je n’aurais pas venu.
    • Si j’avais su, je ne serais pas venu.
  • Le passé simple. Simple, simple… facile à dire !
    • Quand je vous vis, vous me plûtes et m’épatâtes.
    • Quand je vous ai vue, vous me plaisiez et m’épatiez.
    • Quand je vous vis, vous me plaisâtes et m’épatiâtes.
  • Ah, les terminaisons subtiles… Quelle est la bonne façon de conjuguer cette phrase ?
    • S’il fait beau demain, je sortirais plutôt que de rester le nez devant mon écran à faire des tests.
    • S’il ferait beau demain, je sortirai plutôt que de rester le nez devant mon écran à faire des tests.
    • S’il fait beau demain, je sortirai plutôt que de rester le nez devant mon écran à faire des tests.
  • Quelle est la formulation correcte ?
    • C’est ce qu’ils croivent, mais faut qu’on voye.
    • C’est ce qu’ils croient, mais il faut qu’on voit.
    • C’est ce qu’ils croient, mais il faut qu’on voie.
  • N’agonisez pas en cherchant la conjugaison correcte du verbe « agonir » dans cette phrase… mais gardez vos insultes pour vous !
    • Un passager particulièrement agressif l'a alors prise à partie, l'agonant d'injures.
    • Un passager particulièrement agressif l'a alors prise à partie, l'agonisant d'injures.
    • Un passager particulièrement agressif l'a alors prise à partie, l’agonissant d’injures.
  • Et là, quelle phrase énonceriez-vous dans un français correct, en dépit des odeurs ? « Je regretterais que ces dames »…
    • pétâtent plus haut que leur minijupe !
    • eussent pété plus haut que leur minijupe !
    • pétassent plus haut que leur minijupe !
  • Comment Alphonse Allais, devrait terminer ce poème : Fallait-il que je vous aimasse, que vous me désespérassiez et que je vous idolâtrasse… »
    • Pour que vous m’assassiniez !
    • Pour que vous m'assassinassiez !
    • Pour que vous m’assassinâtes !