Image du test Quelle faute de français êtes-vous ?

Quelle faute de français êtes-vous ?

Des fautes de français ? Qui n’en fait jamais ? Notre langue est bien belle, mais bien subtile et il faut bien le reconnaître, bien difficile. Au fait, à quelle faute vous ressemblez ? Répondez rapidement et sans trop réfléchir à ces 10 questions. (note de la rédaction : il va sans dire que toutes les fautes dont ce test est truffé sont parfaitement volontaires.)

Rédigé par R. Massé dans Culture 4,1/5

10 questions

  • Des collègues vous tancent au sujet de vos fautes de français…
    • Tant qu’ils ne m’en font pas le reproche…
    • Je me fiche bien de ce qu’ils croivent.
    • C’est un plaisir ineffable de se faire traiter de crétin par des imbéciles, comme disait Jules Renard.
    • Hop hop hop ! Je suis déjà ailleurs.
  • Oui, parfois, je le reconnais, je me sens un peu…
    • Nostalgique… et surtout du passé !
    • En proie à une certaine mélancolie.
    • Speed. Pardon, un peu trop pressé.
    • Borderline, space ou chelou.
  • … Et maintenant, vérifions un peu mes connaissances ! Quand je sens le fennec à quinze mètres…
    • JE-ME-LAVE !
    • Je pratique derechef mes ablutions.
    • Je prend sans plus attendre une bonne douche. Ou un bain.
    • Je prends une bonne douche, imédiatement et sans plus attendre.
  • On ne dit pas : « Je m’ai tronpé », on dit…
    • Je me suis tronpé.
    • Je suis sincèrement confus de cette regrettable erreur.
    • Je m’ai trompé.
    • Je ferai mieux la prochaine fois.
  • On ne dit pas : « Si j’aurais su, j’aurais pas vennu… », on dit…
    • J’aurai pas venu.
    • Le passé est le passé. Regarde vers l’avenir, mon gars !
    • Si j’en avais été informé plus tôt, je n’aurais jamais apporté ma contribution à cette épouvantable mascarade.
    • Je ne serais pas vennu.
  • Reformulez cette phrase : « Ne disez pas : « Disez », disez : « Dites » ! »
    • Ne dites pas : « Disez », dites : « Dites » !
    • Personnellement, je ne vois pas où est le problème.
    • Ne dites pas : « Dites », dites : « Dites » ! Ce qui ne veut absolument rien dire.
    • Ben oui franchement, ne dites pas : « Disez », dite : « Dites » !
  • Quelle est la bonne formulation : « Si ces six sanssues sont sur son sein sans sucer son sang, ces six sanssues seront sans succès. »
    • « Si ces six sangsues sont sur son sein sans sucer son sang, ces six sangsues sont sans sucès. »
    • La formulation correcte de ce virelangue est : « Si ces six sangsues sont sur son sein sans sucer son sang, ces six sangsues seront sans succès. »
    • « Si ces six sangsues sont sur son sein sans sucer son sang, ces six sangsues seront sans succès. »
    • « Si ces six sanssues sont sur son sein sans sucer son sang, ces six sanssues sont sans succès. » En tout cas, ça ne semble pas très scientifique.
  • On ne dit pas : « le consierge se confonda en excuses », on dit…
    • Le concierge se confondit en excuses.
    • Le concierge se confonda en excuses.
    • La bougie pas très brillante se confondit en excuses.
    • Le concierge se confondit en escuses.
  • Quelle est la bonne formulation : « Les archers acariâtes de l’archevêque d’Arques accrochirent leurs arcs d’acacia aux crochets des créneaux creux. »
    • « Les archers acariâtes de l’archevêque d’Arques accrochirent leurs arcs d’acacia aux crochets des créneaux creux. »
    • « Les archers acariâtres de l’archevêque d’Arques accrochirent leurs arcs d’acacia aux crochets des créneaux creux. »
    • « Les archers acariâtres de l’archevêque d’Arques accrochèrent leurs arcs d’acacia aux crochets des créneaux creux. »
    • Rien pigé. Ça me saoule.
  • Bref. L’Académie française valide finalement « Ils croivent » et « Faut qu’on voye ». (source : Gorafi)
    • Merci de préciser la source. Victor Hugo s’en retournerait dans sa tombe.
    • Il était temps. Faudrait qu’on voye à ce qu’on fait la même chose avec « comme si que ».
    • C’est vraiment cool, man !
    • …Et pourquoi pas ?