Image du test Savez-vous surmonter les crises ?

Savez-vous surmonter les crises ?

Crise de couple, crise au bureau, dans les transports en commun ou dans le porte-monnaie... On y est confronté tous les jours ! Et vous, comment vous réagissez face aux crises de la vie ?

Rédigé par Marguerite Villeneuve dans Professionnel

4,5
216 avis

7 questions

  • Au boulot, mon supérieur est tout le temps sur mon dos. Ça commence à faire trop :
    • Je lui dis clairement que ça ne peut plus continuer comme ça, les yeux dans les yeux.
    • J’ai l’impression de subir un véritable harcèlement moral. Quand je rentre chez moi, je mets du temps à me détendre.
    • Je n’y prête pas vraiment attention, ce n’est qu’un épisode anodin de vie de bureau.
  • Deux de mes meilleurs amis sont en couple, alors quand Emma a trompé Anatole, je n’ai rien dit. Maintenant, il est au courant, et ça se retourne contre moi.
    • J’ai un peu honte de ce que j’ai fait car je n’aurais vraiment pas supporté d’être à la place d’Anatole.
    • Je fais comprendre posément à Anatole que je ne pouvais pas trahir ma meilleure amie !
    • Je regrette profondément mon attitude. Anatole qui me regarde comme un traître, je suis bouleversé et ne sais plus comment réagir.
  • Une altercation a lieu juste sous mes yeux dans le métro :
    • Je reste dans mon coin, ce ne sont pas mes affaires. Les gens sont fous de se mettre dans des états pareils.
    • Je suis choqué et je me sens vite oppressé dans ce petit habitacle tout vibrant de violence.
    • Je prends les devants et m’interpose calmement pour mettre fin à la dispute.
  • Quand j’étais petit et que je me faisais gronder :
    • Je rougissais très fort et éclatait souvent en sanglots.
    • J’étais triste quand je décevais mes parents, mais pas mes professeurs ! C’était plutôt amusant.
    • Je ne l’acceptais que lorsque j’avais vraiment mérité la punition. Je détestais les injustices !
  • Quand je sens des tensions dans mon couple :
    • Je vois tout en noir et j’ai l’impression que mes efforts sont vains ; en même temps, lorsque je ne réagis pas, c’est pire.
    • Mine de rien, je vais tenter de réagir en douceur pour apaiser ma partenaire et ramener la paix.
    • Je vais mal, car j’attache une importance particulière à notre bien-être à deux. Tout pourrait être médiocre dans ma vie, tant que mon couple et ma famille sont au beau fixe, ça va.
  • J’ai reçu un appel inquiétant de mon banquier un samedi après-midi. Il n’a pas laissé de message…
    • Pas de coups de fil aussi sérieux le week-end, enfin ! J’ai bien fait de ne pas répondre, on verra ça lundi.
    • J’y pense tout le week-end. J’essaye de le rappeler le dimanche, et comme il ne répond pas, j’attends son appel avec une impatience teintée d’angoisse.
    • S’il y a un problème avec ma façon de gérer mon argent, nous en parlerons tranquillement et je suis sûr que nous parviendrons à un accord.
  • Au secours, mes parents divorcent !
    • C’est une situation qui arrive suffisamment fréquemment pour que je puisse en parler autour de moi et l’aborder avec sérénité.
    • Je dois me forcer à ne pas me mêler de leur vie privée et à les laisser régler leurs différends entre eux.
    • Je ne m’en remettrai jamais. J’ai peur que cette situation n’influence mon propre couple et ne détruise mes espoirs en l’amour éternel.